Merci de vous intéresser à notre blog

Derniers articles parus

Au-dessus des sources de Jérusalem aux Orres, un avion allemand lâche des tracts, pour dire aux résistants de se débarrasser de leur chef et de se rendre à la kommandantur. (Dessin Bernard Brabant)

Les combats du maquis des Orres

Avec le débarquement de juin 1944 et la mise en place du plan « vert », le maquis des Orres participe à plusieurs embuscades et sabotages.  Des sources de Jérusalem à la cascade de la Pisse, il se déplace constamment pour échapper aux Allemands. Continuer de lire Les combats du maquis des Orres

Albin Joubert, Secrétaire de Mairie et agriculteur prêtera ces maisons pour cacher les jeunes réfractaires au STO. Photo Bernard Brabant

Le maquis des Orres

En mai 1944, le maquis de Combe-Brézès, où survivent des jeunes qui veulent échapper au STO, va se transformer. Les réfractaires sont rejoints par des gens qui veulent se battre. Le lieutenant Eymin est désigné pour les encadrer. Naissance d’un groupe de Résistants : le maquis des Orres. Continuer de lire Le maquis des Orres


Mémoires de l’Embrunais et des Hautes-Alpes pendant la Seconde Guerre mondiale

Ce blog, consacré à la vie embrunaise durant la Second Guerre mondiale, veut retracer les facettes de la guerre 1939-1945 : la vie quotidienne, les maquis, les coups de force, les bombardements, la Libération et ses lendemains. Il y a eu ceux qui n’ont pas choisi leur camp, occupés à survivre, les héros, les traitres, ceux qui ont été emportés dans la tourmente. Nous n’avons pas à juger, qu’aurions-nous fait à cette époque ?

Nous nous intéresserons aux destins de jeunes comme Martial Nicolas, Maurice Tiran, Aimable Eyme.

Le pont de la Clapière à l’entrée d’Embrun bombardé 2 jours avant la Libération. Pour le rendre définitivement inutilisable, la Résistance a fini par le saboter. A la place maintenant se trouve une passerelle piétonne. Image colorisée

Ce blog se veut précis. Il est sourcé à partir de sites web, et souvent aussi à partir de sources que l’on ne retrouve pas sur Internet. Ce sont des livres qui dorment au fond de bibliothèques publiques, des mémoires d’acteurs de cette période, de témoins souvent disparus. Ce sont des écrits tirés à quelques exemplaires à compte d’auteur, et qui sont d’autant plus émouvants. Ce site n’aurait vu le jour sans l’apport des travaux de Roger Cézanne, historien local.

Vous pouvez nous aider de vos commentaires constructifs, de vos témoignages, de vos remarques. Et s’il reste quelques fautes, pardonnez-nous ou plutôt merci de nous les signaler : bernard.brabant@laposte.net

Passionné d’histoire en amateur, créateur de documentaires sur la vie d’ici, et d’un film basé sur une énigme historique de Puy-Sanières, vous pouvez suivre ma production sur le site du Petit Écrin. Je suis aussi un des correspondants du Dauphiné Libéré sur Embrun.

Vous pouvez reprendre nos informations sur vos sites Internet, en signalant votre source ou avec un lien. Il est important que cette mémoire perdure.